• Les familles populaires, l’école et la lecture (A propos d’un ouvrage de Séverine Kakpo)

    mardi 4 décembre 2012, par Jean-Pierre Terrail

    L’étude de Séverine Kakpo sur « Les devoirs à la maison » dans les familles populaires mérite de retenir l’attention, tant pour son apport informatif original que pour le champ de réflexion qu’ouvrent ses observations et ses analyses. Cette recherche se situe au confluent de deux préoccupations anciennes de la sociologie de l’éducation : la première concerne l’évolution du rapport des familles populaires à l’école, la seconde ce qu’il en est réellement du travail scolaire à la maison.

    extrait : "si l’aide apportée à l’apprentissage de la lecture dans les familles populaires reste insuffisamment efficace, ce n’est certainement pas parce qu’elle s’obstine à « travailler avec les lettres » et à insister sur le déchiffrage. L’entraînement au déchiffrage ne saurait être, en soi, que bénéfique. Le problème, c’est que cet entraînement n’est pas mené assez loin et avec assez de précision, jusqu’à obtenir une lecture fluide, qui respecte la césure des mots et la ponctuation, et rend le sens manifeste. Ce que les parents des classes moyennes exigent sans aucun doute beaucoup plus souvent, leur aisance à manier les signes graphiques et à se mouvoir dans la culture écrite les portant spontanément à refuser tout ânonnement et à requérir de leur progéniture une « lecture expressive ».

    A lire sur le site Démocratisation-scolaire.fr.

     

    « Lecture : origine et coût des apprentissages ratés (Jeanine Reichstadt)Sandrine Kakpo (sociologue de l'éducation, Les devoirs à la maison) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :